CHU_Nantes_logo.png
Logo_URPS.jpg
Logo_URML.jpg
Logo_confluent_hopitale_prive.jpg
Rechercher

Paracétamol : alerte au surdosage et risque pour le foie


Les réflexes 2 et 3 des médicaments sont clairs : « J’évite l’automédication » même pour des médicaments considérés comme « anodins » et «  je respecte et comprends les modalités de prise de mes médicaments, dosage, rythme, horaires, etc »


Cela vaut pour le paracétamol qui est l’une des molécules les plus couramment prescrites et utilisées pour les adultes ou les enfants. Ce médicament est sûr et efficace pour lutter contre la douleur ou faire baisser la fièvre. Mais il est présent dans de nombreux médicaments seul ou associé à d’autres substances actives et le surdosage peut entrainer des lésions graves du foie. La mauvaise utilisation du paracétamol est la première cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France.


Autant dire que les personnes âgées et polymédiquées sont particulièrement exposées à ce risque. Elles sont amenées fréquemment à prendre des antalgiques pour gérer leurs douleurs. La vigilance est donc de mise.


L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament a « tiré la sonnette d’alarme » en juillet 2019 en demandant aux laboratoires de faire figurer la mention « Surdosage = danger » sur les boites de médicaments comprenant du paracétamol. Cette mesure fait suite à une consultation publique lancée par l’ANSM en août 2018 à laquelle ont participé des particuliers, des professionnels de santé, des associations de patients et des industriels du médicament. Cette mention devra être apposée sur les boites de médicaments concernées d’ici 9 mois.